Accueil > Actualités immobilières

Actualité immobilière

L'immobilier de luxe rebondit à Paris

Publié le : 29/4/2014

Après le décrochage, l'embellie. Le réseau Daniel Féau note une baisse des prix à Paris de 9,8 % en 2013 dans le segment des appartements supérieurs à 2 millions de dollars ; les ventes chutant par la même occasion de 7,5 %. Le marché français a particulièrement accusé le coup à la fin 2013 : chez Sotheby's International Realty, on a enregistré 87 transactions seulement dans l'Hexagone, pour un volume de ventes de 81 millions d'euros. « Du jamais vu depuis 10 ans », appuyait en février le PDG de Sotheby's France-Monaco, Alexander Kraft.

Et ce, alors que le marché international a continué sur sa lancée : les prix ont crû de 8,20 % l'an dernier à Londres et de 10 à 20 % outre-Atlantique. Entretenu par l'attractivité de la Silicon Valley, « le marché de San Francisco a vu ses ventes au-dessus d'un million de dollars croître de plus de 60 % en 2013, les prix progressant pour leur part de 17 % », précise-t-on chez Daniel Féau.

A l'exception de la capitale, dans les grands marchés traditionnels du luxe, seule Hong Kong a vu sa croissance freinée l'an dernier. Affichant la cinquième plus forte hausse de prix (+9,70 %), la place forte d'Asie a vu ses ventes chuter de 15 %. Phénomène qui s'explique par l'instauration d'une taxe sur les mutations, destinée à refroidir un marché où le risque de bulle se faisait de plus en plus fort.

Soldes

Pour autant, la vapeur semble s'inverser à Paris depuis le début de l'année. Entre mars 2013 et mars 2014, le chiffre d'affaires de Daniel Féau a augmenté de 106 %, une tendance « consécutive au retour d'acquéreurs étrangers qui renonçaient à leur acquisition depuis deux ans et que nous voyons aujourd'hui revenir, principalement parce qu'ils sont attirés par la baisse des prix », explique le réseau. Ainsi, d'après Lux-Residence.com, 36 % des particuliers qui envisagent d'acheter un bien de prestige dans les deux à venir ne sont pas résidents français. Or ils n'étaient que 22 % un an auparavant.

Pour Daniel Féau, ces acheteurs « ont aussi finalement intégré qu'ils n'étaient concernés qu'à la marge » par la hausse des taxes. Quant aux nationaux, ils « reviennent sur le marché parisien qui n'a pas offert depuis longtemps la combinaison assez exceptionnelle d'une offre aussi abondante à des prix ayant fortement baissé, tout cela dans un contexte de taux d'intérêt très faible », conclut le réseau.

 

 

Abonnez vous au flux d'actualités

Recevez automatiquement par email les actualités publiées
Rejoignez nous sur les réseaux sociaux :